Proudhon. Un socialisme libertaire

jeudi 17 septembre 2009
par  cécile
popularité : 5%

Qu’est-ce que la propriété ? C’est le vol ! », « Dieu, c’est le mal ».On ne retient le plus souvent de Pierre-Joseph Proudhon (1809-1865) que ces formules provocatrices, dont l’écho n’a d’égal que leur incompréhension.Il a été taxé de petit-bourgeois, de communiste, ou de réactionnaire par ses adversaires de tous bords. Sa pensée mérite pourtant d’être redécouverte, car sa critique radicale des institutions sociales ouvre sur une pensée du droit très originale.Proudhon n’envisage jamais la justice comme une simple idée abstraite : elle constitue avant tout une force en prise avec l’histoire. En critiquant la Loi pervertie par l’Etat, la religion ou la propriété, il entend redonner toute sa crédibilité et toute sa puissance au droit afin qu’il se rapproche au mieux de la Justice. « Pour qu’il y ait une société entre des créatures raisonnables, il faut qu’il y ait engrenage réciproque : ce qui ne peut se faire qu’à l’aide d’un autre principe, le principe mutuelliste du droit. »L’anarchie prônée par Proudhon est une philosophie du droit.


Michalon, 112 pages, 10 euros