La Novlangue néoliberale.

La rhétorique du fétichisme capitaliste.
lundi 17 décembre 2007
par  ps
popularité : 9%

JPEG - 13.2 ko

Comme dans le roman 1984 d’Orwell, il faut,pour entendre la vérité, inverser les termes dudiscours néolibéral qui colonise les scènesmédiatiques. L’arme de la critique n’estjamais aussi acérée que lorsqu’elle recourtau concept. En renouant avec la critique dufétichisme économique il est possible demettre en évidence l’essence religieuse dece discours. Ce dernier n’hésite pas àproposer d’immenses sacrifices humains pour assurer lasurvie de la marchandise, le marché, l’État etc., autant derapports sociaux déifiés devant lesquels il se prosterne commedevant autant d’idoles barbares.


Page deux, 227 pages, 16 euros