Bandeau
Librairie Publico, spécialisée en livres anarchistes
Slogan du site

Librairie spécialisée dans les livres anarchistes et le mouvement ouvrier et révolutionnaire

L’anarchisme et notre époque | suivi de Manifeste de l’armée insurrectionnelle d’Ukraine et autres textes
Nestor Makhno
Article mis en ligne le 24 septembre 2021
dernière modification le 18 octobre 2021

Préface par Lucile Pelletier « Makhno est mort ! »

« L’anarchisme, ce n’est pas seulement une doctrine qui traite de la vie sociale de l’homme, comprise dans le sens étroit que lui prêtent les dictionnaires politiques et, parfois, lors de meetings, nos orateurs propagandistes. C’est aussi un enseignement qui embrasse la vie de l’homme dans son intégralité ».

Ainsi commence cette nouvelle édition de ces textes, trop souvent négligés par les penseurs d’aujourd’hui, signés du plus célèbre anarchiste ukrainien de la Révolution russe et de la terrible guerre civile qui ensanglanta la future URSS dans les années vingt.

Des textes fondateurs de la pensée politique de celui qui réussit à tenir tête à Lénine, Trotsky comme à l’armée des contre-révolutionnaires sous les ordres du général Dénikine.

Ce recueil est précédé de la vibrante nécrologie que Lucille Pelletier, célèbre militante anarchiste française écrivit en 1934 dans la revue libertaire, La Révotution prolétarienne, en hommage à Nestor Makhno.


Paysan, ouvrier, anarchiste, ennemi des bolcheviks comme des Russes blancs, chef de guerre, théoricien, révolutionnaire, accusé d’antisémitisme, leader des paysans ukrainiens, théoricien, homme d’action, prisonnier politique, terroriste mais aussi organisateur de talent, Nestor Makhno est un personnage fascinant que les textes que nous publions ont peine à cerner.

Réfugié à Paris en 1925 – après avoir vécu d’incroyables aventures dans une Europe centrale en ébullition depuis son départ d’Ukraine en 1921 – malade, épuisé, Nestor Makhno, tout d’abord ouvrier fondeur puis tourneur chez Renault, bénéficie dans les derniers jours de sa vie de la solidarité anarchiste française.

C’est Hélène Châtelain qui définit le mieux Makhno : « La légende construite par la propagande soviétique en fait un anarchiste-bandit-antisémite contre-révolutionnaire ; pour ceux de Gouliaïpolié [en Ukraine], il défend au contraire la liberté et les pauvres, et les journaux makhnovistes montrent qu’il a aussi défendu les Juifs ».