Réflexions sur la violence

Georges Sorel
mercredi 2 octobre 2013
par  max
popularité : 5%

Peut-être est-ce la position ambiguë de ce qui fut le livre de chevet des radicaux autant de gauche que de droite qui l’a fait glisser dans les failles de la mémoire historique ? Ecrites par le plus éminent des marxistes de France au moment précis où le prolétariat y était au faîte de sa puissance, les Réflexions sur la violence s’attellent à en illustrer les secrets non seulement historico-politiques, mais également psychologiques. La violence y acquiert un statut inédit : ni plus moyen ni fin, elle devient la manifestation de la division de classe au coeur du social, contre une entropie démocratique ne permettant aucune autonomie. Or, de cette autonomie dépend la possibilité d’une articulation entre les idées et les conditions d’existence sans laquelle une présence révolutionnaire ne pourrait jamais se conjuguer au présent, restant prise dans l’ingénierie du futur et l’imitation du passé propres à l’utopisme.


Entremonde, 280 pages, 22 euros