Bandeau
Librairie Publico, spécialisée en livres anarchistes
Slogan du site

Librairie spécialisée dans les livres anarchistes et le mouvement ouvrier et révolutionnaire

Tout le monde parle de la pluie et du beau temps, Pas Nous
Ulrike Meinhof
Article mis en ligne le 24 mars 2019
logo imprimer

Où est Ulrike Meinhof ? Sur les avis de recherche, placardés dans toute l’Allemagne de 1970, on offrait 10 000 marks de récompense à qui saurait la repérer. Introuvable pendant deux ans, partie s’entraîner aux techniques de guérilla, impliquée dans des vols de banques et de voitures, l’ancienne journaliste devenue insurgée clandestine est jetée en prison en 1972, puis retrouvée pendue dans sa cellule le 9 mai 1976. Le combat contre l’impérialisme, le fascisme et le capitalisme militarisé était la raison d’être de la Fraction armée rouge (RAF), dite la bande à Baader, qui s’inspirait de certains mouvements insurrectionnels de l’époque comme les Black Panthers aux États-Unis, les Brigades rouges en Italie ou les Tupamaros en Uruguay.

Qui est-elle, Ulrike Meinhof, au-delà du mythe entourant sa vie spectaculaire et son implication au sein de la RAF ? « L’Allemande la plus brillante depuis Rosa Luxemburg », résumait le poète Erich Fried lors de son éloge funèbre. Immense figure de l’extrême-gauche, sorte de sorcière rouge à laquelle on a tristement accolé l’image d’une terroriste diabolique, Ulrike Meinhof avait auparavant mené une prolifique carrière de journaliste, connue et respectée dans tout le pays. Pour embrasser la guérilla, elle a tiré un trait sur sa vie de bourgeoise, d’épouse et de mère.

Les chroniques d’Ulrike Meinhof, publiées dans la célèbre revue konkret de 1959 à 1969, jettent un vif éclairage sur les conflits et les bouleversements qui ont marqué cette décennie. Elle analyse la guerre froide, la présence d’anciens fascistes au pouvoir, la liberté d’expression sur fond de guerre du Vietnam, la justice sociale et la subordination des femmes. Son écriture s’y révèle mordante et profondément engagée.

Protester, c’est dire « je n’accepte plus cela ». Résister, c’est faire en sorte que plus personne ne l’accepte.


Préface de Elfriede Jelinek • Textes choisis et présentés par Karine Bauer • Traduit de l’anglais et de l’allemand par Isabelle Totikaev et Luise von Flotow.

P.S. :

Tout le monde parle de la pluie et du beau temps, Pas Nous
Ulrike Meinhof, les éditions du remue-ménage, 250 pages, 17 euros


Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.4