Bandeau
Librairie Publico, spécialisée en livres anarchistes
Slogan du site

Librairie spécialisée dans les livres anarchistes et le mouvement ouvrier et révolutionnaire

Mais Tout Commence
Bad Kids
Article mis en ligne le 24 avril 2018
dernière modification le 24 août 2018

par Auteur
logo imprimer

Analyse du mouvement contre la loi travail, pour une nouvelle trajectoire révolutionnaire

« Au printemps 2016, il ne s’est rien passé de fou mais il y a eu du nouveau qui annonce la sortie de l’interrègne. Tandis que la loi Travail assassinait définitivement ce qu’il restait du syndicalisme combatif en France, les mêmes syndicats ont pu constater que leur corps social s’était réduit comme une peau de chagrin. Les patrons ont en quelque sorte achevé la bête qu’ils lacèrent depuis les années 1970. Le mouvement contre la loi Travail a eu cette particularité : on ne luttait pas pour le retrait d’une attaque concrète contre les conditions de travail mais contre un nouvel aménagement de la gestion des conflits de classe au travail, dans la même veine que les deux réformes précédentes, d’abord sous la forme de l’exception jusqu’à celle de la règle. C’est une opération de décentralisation qui vise à désamorcer l’obstacle syndical face à l’avancée patronale. C’est une nouvelle étape dans l’atomisation du prolétariat. Le dernier rôle accordé aux directions syndicales a été de maintenir l’ordre, de hurler avec les loups sans parvenir à produire une hégémonie dans la lutte. Aucune de leurs perspectives n’a été reprise. Nous étions une masse hétérogène, rassemblée autour du refus de la réforme du code du travail, sans qu’aucun sauveur ne parvienne à nous montrer la voie. On nous a montré la loi, ses flics, ses lacrymos, ses services d’ordre. Des comateux, des éborgnés, des mutilés. Mais il serait dommage de ne présenter que nos moments de faiblesse et d’isolement. Face à la police, face à la justice, nous nous sommes organisés, nous nous sommes battus.
Mais n’y a-t-il pas eu trop de « Nous » contre « Eux » ? Un face-à-face qui ne peut que produire de l’isolement. Pourquoi si peu de grèves dures ? Comment expliquer l’absence aussi lourde de certaines fractions du prolétariat ? Que dire du manque de perspectives concrètes ? Sommes-nous démunies face aux restructurations sans fin ? Sommes-nous condamnés à servir de chair à manifs pour les réformistes et encadrants du mouvement ? Quelles perspectives de lutte aujourd’hui, dans le sillage des nouvelles dispositions patronales ? Quelles perspectives de lutte aujourd’hui pour en finir avec ce monde de merde ? »

Aujourd’hui, il ne s’agit plus de faire la guerre à une loi, mais aux patrons. Malgré les générations qu’il a formé aux masques de plongée et au caillassage, le mouvement contre la Loi Travail laisse devant lui un boulevard aux attaques capitalistes.
Après la petite guerre de mouvement dans la rue, c’est au tour de la guerre de position. Une guerre de position dans laquelle on ne pourra pas se laisser enfermer.
C’est à nous d’imaginer la suite, le champ est libre.

P.S. :

Mais Tout Commence | Analyse du mouvement contre la loi travail, pour une nouvelle trajectoire révolutionnaire
Bad Kids, Éditions Acratie, 240 pages, 12 euros


Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.4