Fortunes de mer. Lignes maritimes à grande vitesse : les illusions bleues d’un "capitalisme vert"

samedi 16 octobre 2010
par  max
popularité : 2%

« Plus de 90 % du trafic mondial de marchandises s’effectue sur les mers... » En Europe, l’engorgement des voies rapides ralentit les flux de marchandises et engloutit une part de la plus-value. À eux seuls, les prochains couloirs à grande vitesse ne suffiront pas à combler ce manque à gagner. C’est donc vers la mer, redevenue un territoire à conquérir, que se tournent les instances de l’Union européenne, qui présentent les autoroutes de la mer et autres bateaux à grande vitesse comme les prochains outils d’un « transport écologique au service du développement durable ». Mais, par-delà les annonces, que dissimulent ces projets auxquels souscrivent avec enthousiasme nombre d’écologistes officiels ?


Acratie, 140 pages, 12 euros