Rirette l’insoumise

Anne Steiner
jeudi 17 octobre 2013
par  max
popularité : 21%

Dans le Paris de la Belle Epoque, une Corrézienne, Anna Estorges, dite Rirette Maîtrejean, qui a choisi de fuir sa famille pour « vivre sa vie », découvre le milieu anarchiste individualiste : des jeunes gens de condition modeste, souvent venus de province, qui remettent en cause tous les préjugés et les normes de leur temps, et s’efforcent de vivre en conformité avec leur éthique. Avec son compagnon Victor Serge, elle devient en juillet 1911 responsable de l’hebdomadaire L’Anarchie, porte-parole du mouvement individualiste, fondé en 1905 par Libertad. C’est à ce titre qu’elle sera inculpée de complicité avec les membres de la « bande à Bonnot », dont plusieurs étaient d’anciens collaborateurs de ce journal. Après avoir accompli un an de prison en préventive, Rirette prendra ses distances avec le milieu, sans pour autant renier ses convictions libertaires, qu’elle conservera jusqu’à sa mort, en juin 1968.


Mille Sources, 154 pages, 13 euros