A bas les chefs ! Ecrits libertaires (1847-1863)

Joseph Déjacque
jeudi 23 juin 2016
par  Auteur
popularité : 5%

"Ce livre n’est point écrit avec de l’encre, c’est de l’acier tourné en in-8° et chargé de fulminate d’idées. C’est un projectile autoricide que je jette à mille exemplaires sur le pavé des civilisés." Toute sa vie, balloté par la misère et l’exil, Déjacque n’a cessé d’écrire. Ouvrier colleur de son état, "poète des misérables" comme le surnomme son ami Gustave Lefrançais, "tapageur acharné", il s’arme de sa plume contre les réactionnaires de tout poil. En 1848 à Paris, il chante la gloire des insurgés de Juin, ce qui lui vaut la condamnation et l’exil. A Londres, puis Jersey, où il côtoie les proscrits, il s’attire les foudres des républicains dont il fustige le modérantisme et l’opportunisme. En 1858, à New York, il fonde son propre journal, Le Libertaire, dont il est à la fois le rédacteur, le gérant, le plieur, le porteur et l’actionnaire. On le retrouve enfin à La Nouvelle Orléans, "ville de commerce et d’esclavage au moral aussi sale que ses rues", appelant à la vendetta contre les planteurs esclavagistes... Ennemi déclaré des Jésuites et de L’État, il hait l’autorité d’où qu’elle vienne. Aux rois, aux bourgeois, aux exploiteurs, lui, "infime prolétaire", lance cet avertissement : "Dent pour dent !" Mais derrière la violence verbale, cet artificier des mots se révèle un sublime rêveur. La quête du bonheur, de l’harmonie, du socialisme l’anime, ce dont témoigne son texte le plus audacieux, L’Humanisphère. Sous-titré "Utopie anarchique", il nous rappelle que pour Déjacque, l’utopie n’est pas un vain mot mais un acte : écrire, c’est combattre.
Ce recueil rend hommage à l’œuvre injustement méconnue de Joseph Déjacque. Passé le choc de la première lecture, restent admiration et tendresse pour ce "volontaire de la révolution" qui n’a jamais baissé pavillon.


A bas les chefs ! Écrits libertaires (1847-1863)
Joseph Déjacque, La Fabrique, 336 pages, 15 euros