Bandeau
Librairie Publico, spécialisée en livres anarchistes
Slogan du site

Librairie spécialisée dans les livres anarchistes et le mouvement ouvrier et révolutionnaire

Jef Klak N° 7
Jef Klak | Terre de feu
« Dis donc... — Quoi ? — Tu n’sens pas le brûlé ? »
Article mis en ligne le 19 janvier 2021

Sortie de Terre de feu du feu from Jef Klak on Vimeo.

Rituel de sortie de notre numéro Terre de feu


Édito :
Il y a dix ans, le 17 décembre 2010, Mohamed Bouazizi, vendeur ambulant de fruits et légumes, s’immolait par le feu face au siège du gouvernorat de Sidi Bouzid en Tunisie, à la suite de la confiscation par la police de sa marchandise, de sa charrette et de sa balance. On se souvient des manifestations et des révoltes qui suivirent, et s’étendirent bientôt à tout le pays, puis aux pays voisins  : la chute du président tunisien Ben Ali, les occupations de places en Égypte, au Bahreïn, au Yémen, l’insurrection en Libye et l’intervention militaire occidentale, le mouvement révolutionnaire syrien et la guerre qui suivit. Et puis, les occupations de places en Espagne, aux États-Unis, en Turquie, les Nuits debout en France contre la loi Travail.

Le geste de Bouazizi n’a pas été un coup de tonnerre dans un ciel serein. Il vient à la suite des mobilisations, dès 2005, de paysan·ne·s spolié·e·s dans la région de Sidi Bouzid et des révoltes de mineurs de Gafsa, durement réprimées en 2008. À l’écoute de ce qui pourrait lancer un mouvement d’ampleur, des syndicalistes de Sidi Bouzid ont romancé l’événement pour en faire le déclencheur qui pourrait emporter avec lui toutes les luttes en cours et se faire l’écho du quotidien d’une majorité des Tunisien·nes, précarisé·es et étouffé·es par plus de soixante ans d’un régime autoritaire et corrompu.

Il y a l’insurrection, l’explosion fantastique, l’éruption du volcan  : l’événement. Et puis il y a tout ce qui l’entoure, tout ce qui précède et qui suit, qu’on pourrait ne pas voir, aveuglé·es par son incandescence. C’est ce sur quoi «  Terre de feu  » s’attarde  : la tectonique des plaques, les longues réunions préparatoires, les pollutions insidieuses, les agents dormants, les colères accumulées, les douleurs enfouies, les répercussions intimes, l’épaisseur granuleuse du temps.

Un bouton éclot sur notre front  ; il est peut-être le signe d’angoisses tues, ou bien est-ce l’eau qui est trop calcaire  ? Sous nos pieds une secousse  ; un mouvement géologique millénaire approche de la surface. Une employée de France Télécom se suicide  ; un système managérial élaboré sur des décennies l’a travaillée au corps pendant des mois. Le récit d’un viol point après des années de silence  ; ce sont mille autres récits de mille autres femmes de par le monde qui lui ont donné la force d’émerger.

Cette focale large, cette envie d’aller fureter derrière le décor, en prenant son temps, est, quand on y pense, une bonne manière de définir le projet esthétique et politique de Jef Klak. On a beau dire que la comptine des Trois Petits Chats qui guide nos thèmes nous pousse à aller voir ailleurs si on y est, on se débrouille quand même pour retomber sur nos pattes.

S’il se donne pour principe de faire un pas de côté vis-à-vis de l’actualité, pour autant le collectif n’échappe pas au temps commun qui nous rattrape là où on ne l’attend pas. Parfois c’est un mouvement social qui le traverse et met en suspens ou déplace l’activité éditoriale. Aujourd’hui c’est une catastrophe qui gronde tout autour de nous.

La pandémie de Covid-19 et sa gestion sécuritaire par les pouvoirs en place en sont les manifestations les plus évidentes. Mais elles interviennent alors que le terrain est miné  : crise écologique, démantèlement du service public, violences policières, précarité massive, offensive antiféministe, autoritarisme décomplexé, réaffirmation du racisme d’État. Si bien que la maladie joue aujourd’hui le rôle de catalyseur du déjà-là.

Quand le premier confinement a été annoncé, nous avons décidé de refuser le business as usual. Non, nous ne tiendrions pas les délais comme si de rien n’était. Notre numéro «  Terre de feu  » ne sortirait pas en septembre 2020. Pas envie de faire un bouclage chacun·e chez soi, et d’acter un peu plus une dématérialisation du travail collectif qu’entraînait déjà notre éclatement géographique. Pas envie non plus de faire comme si cet événement ne nous atteignait pas, comme si l’on pouvait penser à autre chose. Alors, certaine·s, plutôt que de travailler au numéro à venir, se sont consacré·es à des publications sur le site internet, à propos des grèves de loyer pendant le confinement notamment.

La pandémie de Covid-19 nous rappelle qu’une catastrophe n’est pas un événement instantané. Comme ces coulées de lave lentes qui mettent des années à détruire irrémédiablement un village, elle s’annonce, s’approche au ralenti, nous encercle et puis, elle est là, elle se répand, elle s’étale, elle dure et nous recouvre comme une poisse quotidienne.

Comme tout le monde, on apprend à vivre sur le volcan. En ce qui nous concerne, nous avons fabriqué un numéro dans des conditions de confinement relatif et de dématérialisation totale. À l’instar des autres télétravailleur·ses du monde, nous faisons l’expérience maltraitante du travail collectif médié par des machines plus ou moins fonctionnelles. Mais le numéro a avancé cahin-caha, le collectif tient, bon gré mal gré, et l’on peut essayer de s’y rattacher.

Jef Klak est une bouée au milieu d’une mer de lave.


SOMMAIRE :

  • Souffler sur un feu - Jack London ravive les braises de l’inspiration (Par Samuel Poisson-Quinton)
  • « Il faut que je gratte pour que ça apparaisse.  » - Les maladies cutanées racontées par leurs hôtes (Par Émilie Mousset)
  • Comme un monument aux morts - Hommage aux copains touchés par l’amiante (Par Jean-Pierre Levaray)
  • Une bombe judiciaire à retardement- Infortunes d’un manifestant face à une répression qui prend son temps (Par Romain André)
  • Sur les cornes d’un taureau- Ce qui tremble sous Mayotte (Par Axel Lebruman)
  • « Mes nerfs se transforment en fils électriques.  »- Paroles de personnes électrosensibles (Par Florian Chavarot)
  • Finir sous le carreau- StocaMine  : histoire d’une poubelle industrielle (Par Léo Henry)
  • Absences - Filmer la menace radioactive enfouie (Par le collectif Ensemble vide)
  • Les couverts - Dimanches en famille (Par Xavier Bonnefond)
  • Tous les dépressifs s’appellent Antoine - Les drôles de comédies de Pierre Salvadori (Par Romain André)
  • L’humus et le béton - Ruines inversées de la forêt de Romainville (À partir d’une proposition de Julie Rochereau)
  • La vie ordinaire des managers - Se rendre disponible aux entreprises inhumaines  ? (Par Lise Gaignard)
  • Quinze minutes chrono - Constructions Pailleron, le choix des écoles inflammables (Par Alexane Brochard)
  • « Nos paysages sont de plus en plus inflammables. » - Mégafeux et politiques environnementales. Entretien avec Joëlle Zask (Propos recueillis par Némo Camus)
  • Après le feu - Enquête sur les terres brûlées de Californie (Par Élise Boutié)
  • «  Je reproduis une éruption avec de l’eau.  » - Magma, panaches et modèles numériques. Entretien avec trois volcanologues (Propos recueillis par Unai Aranceta et Elvina Le Poul)
  • «  La déloyauté nécessite de l’imagination.  » - Résurgences, Chthulucène et magie. Entretien avec Isabelle Stengers (Propos recueillis par Elvina Le Poul et Bruno Thomé)
  • Zora Neale Hurston reine des niggerati - De la Renaissance de Harlem à l’anthropologie de la Floride (Par Bruno Thomé)
  • Frappée de couleur - Pièce en quatre scènes (Par Zora Neale Hurston - Traduit du black american english par Étienne Dobenesque)
  • Note sur la traduction (Par Étienne Dobenesque)
  • Mille et une raisons de cramer les CRA - Coups de fil aux détenus de Vincennes (Extraits de Feu au centre de rétention - Encadré par Louise Tassin)
  • Le fond de la terre est rouge - La grande grève des mineurs de Decazeville (Par Céline Picard)
  • Caligula et Mussolini sont dans un bateau… - Archéologie, cinéma et politiques impériales (Par Elvina Le Poul)
  • La véritable histoire de l’incendiaire du Reichstag - Complots stalino-nazis contre un chômeur (Par Yves Pagès)
  • Chaux bouillante - Tutoriel non mixte (Imprimerie & Éditions Z.Y.X)
  • (Dé)construire un feu - Discussions sur le grill (Par Judith Azoulay)
  • Brûler du papier plutôt que des enfants - Poème (Par Adrienne Rich - Traduit de l’anglais (États-Unis) par Lénaïg Cariou et Camille Blanc, du collectif Connexion limitée.)
  • Celsius 233 - Une histoire incendiaire des autodafés de papier (Bande dessinée écrite par Bruno Thomé et illustrée par Jules Philippe)
  • Livres en feu et troubles de mémoire - Godwin contre Socrate (Par Thibaut Willems)
  • San Francisco 2048  : la piste de danse des monstres - Quelques pages des Cinq Choses sacrées, roman de Starhawk inédit en français (Par Starhawk - Traduit de l’anglais (États-Unis) par Julie Catroux, Elvina Le Poul, Sofia Meister, J. P. et Aude Rabillon)
  • Les p’tites annonces de Jef