Bandeau
Librairie Publico, spécialisée en livres anarchistes
Slogan du site

Librairie spécialisée dans les livres anarchistes et le mouvement ouvrier et révolutionnaire

La part maudite dans l’œuvre de François Villon
Alice Becker-Ho
Article mis en ligne le 3 janvier 2019
dernière modification le 27 juin 2019

Poète et voyou, tel fut François Villon, dont l’œuvre en vers a parfois occulté son appartenance aux Compagnons de la Coquille, une bande de malfaiteurs qui sévissait dans la France du XVe siècle.
Des aventures périlleuses qu’il vécut avec eux, il retira un ensemble de ballades écrites en jargon ou en jobelin, l’ancêtre de l’argot. Adressées sous forme codée à ses camarades, ces dernières ont fait l’objet de nombreuses tentatives d’interprétation, souvent fantaisistes. Ce « langage exquis », fait de conseils toujours valables pour les jeunes gens de mauvaise vie, est ici décrypté, mettant en lumière la part maudite du poète.


Dans la même rubrique

0 | 5

Un logique nommé Joe
le 31 octobre 2021
Continent perdu
le 18 octobre 2021
Le Journal d’une femme de chambre
le 30 septembre 2021
Outrage et rébellion
le 25 septembre 2021
L’homme révolté
le 21 septembre 2021