Toulouse, années 80, un goût certain pour le sabotage

Anne Carratié
mercredi 2 octobre 2013
par  max
popularité : 6%

Qui a aujourd’hui entendu parler des groupes libertaires autonomes, transparents et affinitaires ? Quel trajet jusqu’à la mouvance toulousaine plus antiautoritaire que libertaire ? Comment cette mouvance secoua, amusa, choqua, la vie toulousaine dans les années 1970-80.
Spécificité de cette mouvance dans ses interventions entre sabotages violents et sabotages burlesques et, le plus souvent, l’humour de ses revendications.
Spécificité de la rapidité des réactions offensives et de solidarité.
Spécificité de ces regroupements si ponctuels et si affinitaires que les moyens répressifs sont restés impuissants la plupart du temps, ou s’en sont pris à des innocents. Et à partir de cet itinéraire particulier, ces pages veulent illustrer l’originalité de cette mouvance toulousaine.


Le Coquelicot, 108 pages, 10 euros