Camus et sa critique libertaire de la violence

samedi 13 mars 2010
par  max
popularité : 1%

Albert Camus portait en lui le désir d’une révolution non sanglante, dans la lignée de la non-violence de Gandhi, au service de la vie aujourd’hui meurtrie par une société étatiste, industrielle.Egalement disponible : Albert Camus et les libertaires (1948-1960), Lou Marin,Egrégores, 15 euros


Indigène éditions, 24 pages, 3 euros