L’Anarcho-syndicalisme et l’organisation ouvrière

samedi 13 mars 2010
par  max
popularité : 3%

JPEG - 3.6 ko

L’anarcho-syndicalisme n’est pas un mouvement sans doctrine. Il constitue dans une large mesure un retour aux principes bakouniniens. Force importante entre les deux guerres, sa disparation de la scène internationale n’est pas tant due à son incapacité à s’adapter à l’évolution de la société capitaliste qu’à son extermination physique par le fascisme et le stalinisme. La modernité fournit des atouts considérables au mouvement s’il se montre capable d’en tirer parti. Cela implique, là encore, l’exigence d’une réflexion nouvelle sur la notion de travail productif, qui ne peut plus se limiter aux critères élaborés par les penseurs socialistes du siècle dernier, et sur la fonction du travail dans la société d’aujourd’hui.


Editions du monde Libertaire, 200 pages, 12 euros