Une fièvre impossible à négocier,

mardi 27 novembre 2007
par  ps
popularité : 1%

JPEG - 17.4 ko

Emylina, depuis son enfance, n’oublie rien,pour être sûre de ne pas oublier quelque chosed’important. Ni son grand-oncle muet,survivant déporté, ni son oncle révolutionnaireassassiné par la police dans les années quatrevingt,ni son enfance dans la Roumanie deCeausescu, ni les mots qu’elle classe dans soncahier « À ne pas oublier ». Son coup defoudre pour une jeune Italienne fait aussipartie des choses inoubliables. Unies par lemême sentiment de malaise et de colère face àleur génération, elles sont alliée etinséparables…


J’ai lu, 284 pages, 6 euros