Freinet et l’Ecole moderne

jeudi 22 octobre 2009
par  cécile
popularité : 16%

Qui est Célestin Freinet ? Qu’est-ce que la pédagogie Freinet de l’École moderne ? En quoi consiste l’originalité de cette pédagogie ? Quelle est son actualité aujourd’hui ?

« Freinet et l’école moderne » Les libertaires ont longtemps eut un rapport tout de désenchantement avec Freinet.Au quotidien, sur l’essentiel du quotidien, ça n’était jamais vraiment problème car l’imprimerie a l’école, la coopération, la vie comme objet et comme sujet d’étude, la construction de savoirs, l’apprentissage d’une certaine citoyenneté... ça ne pouvait que faire consensus sur le fond, sur la volonté de Freinet de mettre en œuvre les moyens politiques et pédagogiques d’une authentique école prolétarienne ou du peuple, c’était du pareil au même. Restait l’entre deux, l’engagement de Freinet dans le camp stalinien et dans la foulée du divorce, le missionariat techniciste. Et ça, c’est peu dire que ça posait problème tant il est vrai que le stalinisme comme mère du fascisme rouge et le technicisme comme porte ouverte au réformisme ne pouvaient qu’hypothéquer le fond et la forme d’une école et d’une éducation libertaire. Tout cela c’était il y a encore quelques années.Aujourd’hui, les uns et les autres n’ayant pas réussi à mordre sur le réel, le mouvement Freinet ayant amorcé un retour aux sources et au sens premier de son pourquoi (la fondation d’une école prolétarienne ou du peuple), les différents mouvements pédagogiques issus de Freinet ayant aux trois quarts succombé au baiser de la mort réformiste ; les libertaires ayant endossé le bleu de chauffe de la confrontation au réel, le capitalisme ayant échoué dans sa prétention éducationiste... le dialogue semble enfin possible. Une école du peuple, prolétarienne, oui ! Des expérimentations de tous ordres (à l’intérieur de l’institution dominante comme à l’extérieur) où l’on conjugue le temps rare de l’égalité des chances scolaires au temps au moins aussi rare du désir et du plaisir de l’enfant... oui ! La volonté d’aboutir à et aux moyens d’un authentique service public, laïque et gratuit d’enseignement et d’éducation... oui ! L’évidence de situer ce combat dans un combat plus large en termes de mouvements sociaux et de révolution sociale... Oui ! Oui, oui, oui !Aujourd’hui, l’école comme la société sont aux bord de la guerre civile. Le mouvement Freinet comme un certain nombre de mouvements pédagogiques qui en sont issus et comme les libertaires, sont en train de prendre conscience, et de la situation et de la similarité de leur démarche fondamentale, et de l’opérance de leurs réponses. Ce livre collectif en témoigne. Il nous conte Célestin Freinet, la pédagogie de l’école moderne, son originalité, son actualité. Il confronte. Il interpelle. Il tend la main. Il lance des passerelles. Il est autant plein de certitudes que de doutes et ce faisant, il déborde d’espoirs.Lisez ce livre. Lisez l’introduction d’Ahmed Lamihi, le texte de Raymond Fonvieille sur l’origine des contenus, celui de Lourau sur la culture technique, celui d’encore Raymond Fonvieille sur Deligny (magnifique), celui de Jean Pierre Caro sur Freinet et Ferrer (fabuleux), celui de... Lisez tous les textes de ce livre. Ca vaut franchement le jus !Jadis j’ai eu la dent dure avec les camarades de Freinet. Je ne renie rien de cela. Mais les temps et les gens changent. Freinet a changé. Les libertaires aussi et ce n’est pas un hasard si l’école libertaire Bonaventure fait aujourd’hui partie du mouvement Freinet. C’est bien connu, ceux qui ne sont pas libertaires a vingt ans sont des imbéciles. Et ceux qui le sont encore à quarante... dérangeront toujours ceux qui n’auront jamais vingt ans.Sérieusement, lisez ce bouquin, il est top.Et un grand merci à ce vieux bougre d’Yvan Davy de l’avoir édité. Jean-Marc Raynaud


Editions Ivan Davy, 168 pages, 13,75 euros