Candide n’est pas mort

lundi 1er décembre 2008
par  JC
popularité : 1%

JPEG - 22.5 ko

Pour le Candide de Voltaire, tout devait aller pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles, comme le lui enseignait le professeur Pangloss. C’était le temps des Lumières et tous les rêves pouvaient paraître raisonnables. Est-il possible de jouer les naïfs, deux cent cinquante ans plus tard, s’interroge Maurice Rajsfus ? En ces temps de retour à la barbarie politique et économique, il est difficile de l’envisager. Pourtant il suffit d’un seul Candide pour gripper les mécanismes d’une machine qui ne cesse de s’emballer


Le Cherche midi, 278 pages, 17 euros