On achète bien les cerveaux.

La Publicité et les médias
jeudi 10 janvier 2008
par  ps
popularité : 2%

JPEG - 9.2 ko

Trop souvent, l’omniprésence de la publicité dansles médias est acceptée avec un mélanged’agacement et de fatalisme. Mais connaît-on lecoût d’une telle résignation ? Il est élevé : uneinformation altérée au profit d’intérêts privés, unetélévision soucieuse de « vendre du temps decerveau humain disponible », une presse soumiseaux exigences des annonceurs… la publicitéfaçonne des besoins de consommation, véhicule desstéréotypes, alimente la course au productivisme.


Raison d’Agir, 156 pages,6 euros