L’insurrection situationniste

Laurent Chollet
vendredi 24 octobre 2014
par  Librairie
popularité : 3%

Les situationnistes sont aujourd’hui la référence que l’on se plaît à citer, même si on n’identifie ni ne distingue pas toujours le sens de l’épithète. On songe dans les meilleurs cas aux événements de 68, à une organisation et une revue homonyme appelée Internationale situationniste (IS), ainsi qu’aux ouvrages de Guy Debord et de Raoul Vaneigem. En revanche, on oublie ou ignore que l’aventure situationniste a dépassé, et de loin, le cadre de l’IS, autodissoute en 1972, puisque cette organisation a donné naissance à un vaste mouvement international, encore actif à l’heure actuelle, mais dont l’âge d’or se situa dans les années soixante-dix. Il n’est donc pas étonnant d’en avoir trouvé la trace au cœur des mouvements Provo en Hollande, Punk en Angleterre, Autonome en Italie ou Alternatif en Allemagne.

Cette insurrection, à la fois artistique, politique et sociale, se trouve ici abordée de manière thématique. L’auteur éclaire ainsi cette entreprise de dépassement de l’art, de sa réalisation dans la vie quotidienne à partir d’expériences nouvelles, jusqu’aux créations picturales, architecturales, cinématographiques ou autres, de certains situs et situationnistes. Il examine ensuite leurs réflexions politiques et leurs tentatives d’applications, avant d’évoquer ceux qui se sont risqués à renverser leur vie, au sein du mouvement ou sous son influence. La délinquance politisée, la lutte armée, la pratique d’un terrorisme burlesque, le combat pour la libération des mœurs ou la libéralisation des médias ont composé quelques-unes de ces voies.

Né à Nice pendant que les situationnistes aiguisaient leurs pensées, Laurent Chollet s’est très tôt plongé dans les arcanes de ce mouvement, en prenant soin de ne jamais s’attacher à l’une ou l’autre de ses chapelles.

Après plus de dix ans de recherches, il nous offre, enfin, la première véritable histoire de la galaxie situationniste. L’ampleur de cette synthèse, associée à la richesse de l’iconographie et de l’appareil critique (bibliographie, filmographie, discographie) en fait un ouvrage incontournable.


Dagorno Editions, 351 pages, 25 euros