Confession

Michel Bakounine, présenté par Jean-Christophe Angaut
mercredi 2 octobre 2013
par  max
popularité : 3%

Deux ans après son arrestation par les autorités prussiennes, le 9 au 10 mai 1849, Michel Bakounine extradé depuis moins d’un mois en Russie et interné à la forteresse Pierre et Paul de Saint-Pétersbourg reçoit une proposition inattendue. Le 25 juin 1851, le Tsar Nicolas Ier, son adversaire désigné depuis 1848, lui offre d’écrire à son attention une lettre, « comme un fils spirituel écrit à son père spirituel ». Bakounine, accepte la proposition et lui fait remettre un mois plus tard le texte de sa « confession ».Loin des vaines polémiques qu’ont suscitées ce texte après sa découverte dans les années 1920 (trahison ou machiavélisme du père des révolutions russes ?), ce récit, qui est aussi le plus beau texte littéraire de Bakounine, est d’abord un formidable témoignage de l’intérieur sur les mouvements révolutionnaires qui, de Paris à Berlin et de Prague à Dresde, ont embrasé l’Europe en 1848-1849.


Le Passager clandestin, 222 pages, 9 euros