Lucio, maçon, anarchiste et faussaire

Bernard Thomas
mardi 1er octobre 2013
par  max
popularité : 5%

Un maçon, qui durant trois décennies au moins, muy discreto, allait chaque jour travailler au chantier, et le soir, avec la même patience têtue, la même conviction d’homme libre, devenait voleur, braqueur, illégaliste, un des prodigieux faussaires de l’après-guerre, fournissant en papiers ses amis anars espagnols puis tous les groupuscules libertaires.


Editions du Ravin bleu, 294 pages, 10 euros