L’Art d’être malade

mercredi 28 mars 2012
par  max
popularité : 3%

Le titre de de l’ouvrage du Dr Noirot, L’art d’être malade (1871), annonce d’emblée la couleur. Sous son allure d’oxymore associant à la néfaste maladie la grâce revivifiante de l’art, il propose un projet concret ou le sujet malade (mais le non-malade aussi bien) se voit invité à rechercher au plus profond de lui même les ressources qui lui permettraient de tenir la maladie en échec, voire de la retourner contre elle-même, pour faire santé.


Editions Manucius, 144 pages, 13 euros