Les Flics ont toujours raison

mardi 31 mai 2011
par  max
popularité : 16%

Un pauvre bougre, tombé pour cambriolage, cherche vainement à se réinsérer dans la société. Ce qui fait surtout la force du récit, c’est la dénonciation de la torture et de la prison qu’Héléna considère comme une matrice criminelle. Dénonciation aussi de la justice comme machine à punir, voire à broyer l’individu.


e/dite, 214 pages, 18 euros