Crédit à mort. La décomposition du capitalisme et ses critiques

samedi 19 mars 2011
par  max
popularité : 2%

La crise mondiale du crédit aurait conforté la théorie marxiste orthodoxe : le capitalisme porterait en germe sa propre faillite ; or, si la question principale doit demeurer celle de l’émancipation sociale, la crise n’a nullement contribué à son progrès. « La seule chance est de sortir du capitalisme industriel et de ses fondements, la marchandise et son fétichisme, la valeur, l’argent, le marché, l’État, la concurrence, la Nation, le patriarcat, le travail et le narcissisme, au lieu de les aménager, de s’en emparer, de les améliorer ou de s’en servir. »


Lignes, 256 pages, 20 euros